Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 20:00

Les Scènes euréliennes, opération  missionnée par le Conseil général, débutent pour nous avec la venue du Théâtre de l‘Argile  qui nous présentera La vie de Georges Bandy, extraite des Vies minuscules de Pierre Michon. Cette soirée offerte gratuitement est organisée en partenariat avec la Ville de Brou. Un verre de l’amitié vous permettra ensuite d’échanger avec les comédiens et le metteur en scène.

 

 bandy-1-couleur.jpg

                                                                                                                     photo J.C. Bourdais

 

SYNOPSIS

Au début des années 70, Marianne, amante et lectrice  privilégiée des brouillons littéraires du futur écrivain, lassée par ses forfanteries alcoolisées, abandonne celui-ci au plus fort de son mal-être. Elle partie, le narrateur ne trouve d’autre issue que de fuir une solitude insupportable en effectuant une cure de sommeil à l’hôpital psychiatrique de la Ceylette. Au réfectoire, il surprend un étrange entretien entre Jojo et un homme chaussé de bottes de      caoutchouc qui peu à peu apaise son vis-à-vis. Le narrateur reconnaît dans cet homme, le jeune prêtre de son  enfance au « Verbe d’Or » tout frais venu de la ville, alors qu’il était élève au catéchisme de la petite paroisse de Saint-Goussaud.

 

Mise en scène : Jean-Christophe COCHARD
Interprétation : Stéphane GODEFROY et Hubert GODON
Scénographie : Stéphane PAUVRET

Durée : 1h20
Tout public à partir de 14 ans

Entrée gratuite

 

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR

Pierre Michon, né dans le Limousin en 1945, est le fils d'un couple d'instituteurs dont le père s'est très vite absenté. Il apprend à lire dans l'école où enseigne sa mère, dédicataire des Vies minuscules, puis est interne au lycée de Guéret. Il vit mai 68 à Clermont-Ferrand où il obtient une licence de lettres, ébauche une maîtrise sur Antonin Artaud, hésite entre Debord et Mao, est brièvement comédien dans un théâtre d'essai. Ce sont les années 70, la fin du rêve révolutionnaire et, pour Michon, l'impression de se retrouver dans un film des Marx Brothers. Balançant entre la volonté d'écrire et le désir de n'en rien faire, il traverse quelques années difficiles, de ville en ville où le conduit son errance ; Il a souvent évoqué le sentiment de délivrance éprouvé à l'écriture tardive de Vies minuscules (1984) qui vint inverser le cours de sa vie. La renommée du livre est longtemps souterraine ; mais il rencontre avec Rimbaud le fils une audience grandissante, suscitant un lectorat fervent. Vies minuscules fait désormais figure de livre culte. Il vit aujourd'hui à Saint-Étienne. Le prix Décembre, couronnant en 2002 Abbés et Corps du roi, consacre la reconnaissance publique d'un écrivain singulier.

 

Partager cet article

Repost 0
LECAP, ASSOCATION CULTURELLE - dans animations diverses
commenter cet article

commentaires