Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 09:34

LECAP vous invite

 DIMANCHE 15 JANVIER 2012

  14 h 30    

salle des fêtes de Miermaigne

 

La 6e édition des 1 000 Lectures d’hiver  missionnée par  Livre au  Centre , se poursuit avec la venue de Benoît Marchand qui vous fera découvrir Paris Insolite de Jean-Paul Clébert. Un verre de l’amitié offert par la municipalité vous permettra ensuite d’échanger avec l’intervenant.Gouter partagé. Apportez vois patisseries et friandises. Entrée avec libre participation.

 

 

51BewGqPFdL. SS500

 

 

BIOGRAPHIE :

Jean-Paul Clébert est un écrivain français, né en 1926 à Paris et mort le 21 septembre 2011.  Il vivait à Oppède, dans le Lubéron. Après avoir suivi ses études dans une institution religieuse, Jean-Paul Clébert rejoint la Résistance française en 1943, il a 16 ans. Après la Libération, il passe six mois en Asie puis revient en France. Il mène alors une vie clandestine dans l´univers des clochards, ce qui lui inspire son premier essai, Paris insolite (1952), qu'il dédie à ses compagnons de dérive Robert Giraud et Robert Doisneau Une édition illustrée de photos de Patrice Molinard et mise en page par Massin paraît en 1954. Il passe encore quelques temps dans la capitale où il fréquente les derniers surréalistes et le premier groupe des situationnistes, qui aimaient se retrouver dans certains cafés de Saint-Germain-des-Prés. Durant deux ans, il est reporter en Asie pour Paris Match et pour France Soir, avant de se retirer en 1956 dans le Lubéron. Il s'intéresse alors à l´histoire du Sud de la France et de la Provence.

 

CRITIQUE :

Paris, depuis 1952, a déjà amorcé sa mue. Paris change et Clébert n’est pas le premier à s’en apercevoir. Ce « Paris insolite » humaniste, osons le mot, même s’il semble déplaire, n’est pas un guide touristique pittoresque. C’est un Paris instantané, pris sur le vif et éphémère. Croqué avec gourmandise, tressé d’une kyrielle de descriptions à trois temps. Le livre se clôt sur un dégoût, comme après une bombance : « Et après avoir écrit ce livre… eh bien j’en ai marre ». Le lecteur, lui, est sur le cul. Il en sort comme d’un rêve ou d’un voyage dans le temps. Il coule dans ce livre l’insolence de la jeunesse. Celle d’un auteur libertaire qui a su capter le meilleur d’une ville dont l’esprit, pour peu qu’on y soit attentif, court encore les rues.

     Olivier Bailly (Nouvel Obs)

 

 

2452977

 

 

Partager cet article

Repost 0
LECAP, ASSOCATION CULTURELLE - dans LE PROGRAMME 2012
commenter cet article

commentaires